• Manon Ruffel

Le 42ème Festival du Film Court, c'était quoi ?

Dernière mise à jour : 2 déc. 2021

La 42ème édition du Festival du Film Court de Villeurbanne, rendez-vous incontournable du cinéma Le Zola, vient de se terminer. Après la frénésie du festival, vient le calme et la nostalgie liée au souvenir. Petit retour en images sur les moments forts du festival. (Bannière © Photo Simon Decrouy-Rothberg)

Une ouverture en grande pompe

Rafik Djoumi © Photos Simon Decrouy-Rothberg


Cette édition, première "vraie" édition depuis le début de la pandémie, s'est ouverte le vendredi 18 novembre avec une Carte Blanche à Rafik Djoumi. Journaliste culturel, chroniqueur chez Arrêt sur images, Capture Mag (entre autres), et rédacteur en chef de l'émission BiTS sur Arte, Rafik Djoumi nous a concocté un programme des plus surprenants pour cette ouverture. "Le Monde d'après vu d'avant", telle était la ligne directrice de cette séance regroupant 12 courts-métrages éclectiques qui partageaient le point commun de l'innovation, qu'elle soit technique, esthétique ou narrative. Chaque film proposait un point de vue, un modus operandi amorçant un nouveau chemin pour le 7ème art, à la croisée des innovations technologiques (nouvelles techniques d'animation 3D, montages innovants, documenteurs, clip vidéo, effet bullet-time etc...) et de la mutation du regard. Parmi les courts-métrages présentés, on a pu retrouver des raretés de René Clair, Marc Caro, George Lucas ou Jan Kounen, mais aussi Jorge Furtado, Koji Morimoto ou encore Chris Cunningham, avec des films allant des années 1920 au début des années 2000. Cette carte blanche était suivie d'un brillant échange avec Rafik Djoumi qui a contribué à mettre en lumière ces innovations.



Les compétitions

© Photos (dans l'ordre d'apparition) : Cynthia Lopez, Juliette Simon, Simon Decrouy-Rothberg


Le Festival du Film Court, c'est aussi de la compétition : une compétition européenne, dont les membres du jury étaient cette année la réalisatrice Joséphine Darcy Hopkins (réalisatrice de Margaux, Le Jour où Maman est Devenue un Monstre, Nuage), le réalisateur Hippolyte Leibovici (réalisateur de Mother's, prix du Public lors de notre édition 2020+1), ainsi que le producteur Guillaume Dreyfus (producteur de La Contre-allée de Cécile Ducrocq, La Distance entre le ciel et nous de Vasilis Kekatos) ; et une compétition animation, représentée par un jury composée de Roxane Astier, directrice du studio Xilam Lyon, Hugo Paquin, animateur 3D, William Aka, artiste dessinateur, ainsi que Gala Frecon, programmatrice au Festival International du Film d'Animation d'Annecy. Après des heures de visionnages des courts-métrages en compétition, nos jurés se sont accordés pour attribuer (entre autres) le Grand Prix au film VO de Nicolas Gourault (France, 2021), et le Prix de la Meilleure Création Animée au film Horacio de Caroline Cherrier (France, 2019).


La séance en Réalité Virtuelle

© Photos Gaëlle Bedis


Le mercredi 24 novembre, la salle du Zola s'est transformée en lieu d'expérimentation cinématographique grâce à l'installation de postes en Réalité Virtuelle. Deux expériences étaient proposées au public : des courts-métrages à visionner en 360° grâce à un casque Go, et le court-métrage Gloomy Eyes, réalisé pour la Réalité Virtuelle par Fernando Maldonado et Jorge Tereso (Argentine, France, 2019), à visionner grâce à un casque Quest qui permet de se déplacer autour de l'action du film. Le public a pu profiter de cette immersion pendant deux heures.


La Nuit du Cinéma Bis

© Photos (dans l'ordre d'apparition) : Simon Decrouy-Rothberg (1 et 2), Alice Maniglier


Après 9 jours de festivités, le festival s'est achevé en beauté avec la Cérémonie de Remise des Prix en compagnie de tous·tes les invité·e·s, suivie de la Nuit du Cinéma Bis, organisée en partenariat avec le Festival des Intergalactiques. De 20h45 à 6h du matin s'est enchaînée une succession de programmes de courts-métrages appartenant au genre hybride qu'est le cinéma bis, entrecoupés de tables rondes avec des invité·e·s de haut vol (Otto Rivers auteur du blog Videotopsy, Mylène Da Silva de la chaîne YouTube Welcome to Primetime Bitch, Judith Beauvallet de la chaîne YouTube Demoiselles d'horreur et l'artiste, vidéaste, réalisateur et compositeur Jérôme Lefdup). Une soirée haute en surprises et en nanars...


Merci à tous.tes pour votre présence, et à l'année prochaine !




52 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout