• Clara

Nos Lyonnaises ont du talent - Mylène (Welcome To Primetime Bitch !)

L’Emile est allé dénicher pour vous des talents locaux ! YouTubeuses passionnées par le cinéma, nos trois invitées vidéastes ont pris le temps de répondre à quelques questions pour que nous puissions mieux appréhender leur univers. Politique, horreur, et septième art sont au rendez-vous de cette chronique haute en couleurs. Rendez vous tous les mardis sur L'Emile !

Pourriez-vous nous présenter votre chaîne en quelques mots ? Quel est son concept et que voulez-vous transmettre via celle-ci ?

Pour présenter ma chaîne en quelques mots, je dirai que la chaîne Welcome To Primetime BITCH ! c’est une chaîne qui me ressemble, une chaîne qui parle tout aussi bien de cinéma de genre à travers mes genres favoris comme le slasher ou encore le giallo. Mais c’est aussi une chaîne qui décortique des nanars musicaux oubliés ou reniés du septième art. Et puisque j’ai de multiples passions et que le cinéma d’horreur est partout, Welcome To Primetime BITCH ! c’est aussi une chaîne qui présente des jeux de société adapté d’après les grandes licences de l’horreur ou inspirés de films d’épouvantes, qui met en avant les éditions Blu ray et les vinyles de bandes originales. Le but de cette chaîne est avant tout de transmettre ma passion à travers des dossiers thématiques comme celui des trois mères où je reviens sur la trilogie d’Argento tout en analysant les trois sœurs sorcières et leur traitement dans les différents films de Dario Argento mais aussi de dépoussiérer les films méconnus qui n’ont pas eu énormément de mise en avant en France comme par exemple La Nuit de la comète. Et enfin, démontrer que même un mauvais film, comme Parking ou encore The Black Cat, mérite qu’on lui prête attention et qu’on lui accorde une analyse pour finalement en venir à avoir envie de découvrir l’œuvre à ses risques et périls. L’idée est vraiment de transmettre la passion qui m’anime, ce que le cinéma m’apporte et la curiosité qu’il déclenche en moi.

Pourquoi avoir choisi le format vidéo plutôt qu’un autre ? Comment vous sentez-vous sur la plateforme YouTube et quelles bonnes (ou mauvaises) expériences en retirez-vous ?

Le cheminement vers le format vidéo a été assez long pour moi. J’ai un blog du même nom que ma chaîne depuis plus de 4 ans. Depuis le lancement du blog j’ai beaucoup évolué, j’ai appris à mieux maîtriser l’écriture et le média du blog que j’aime beaucoup. Seulement pour certaines analyses l’impossibilité d’appuyer mon propos par des images me frustrait beaucoup, tout comme la sensation de ne toucher qu’une partie infime des passionnés de cinéma. Après avoir pas mal douté et reçu beaucoup de motivation de la part de mes proches et grâce à un groupe de vidéastes/blogueuses dont je fais partie la s’horrorité (Demoiselles d’horreur, Leo Iurillo, Bon chic bon genre et Laura fait genre), je me suis lancée comme beaucoup d’autres vidéastes durant le premier confinement. C’est aussi grâce à la s’horrorité et à des vidéastes telle que Vidéodrome ou encore Cinéma et politique que mon arrivée sur YouTube s’est faite dans de bonnes conditions. Je suis arrivée entourée d’un groupe qui m’a permis de produire des vidéos tout en étant soutenue. Je pense que tout le monde n’a pas cette chance malheureusement et en tant que femme sur YouTube c’est encore plus important de se sentir bien entourée. Ce qui fait que mon expérience sur YouTube, du moins pour le moment (ma chaîne a moins d’un an) est plutôt bonne. Je suis encore une petite chaîne et j’ai la chance d’être suivie par des personnes passionnées et bienveillantes à qui je peux faire découvrir ou redécouvrir des œuvres qui me sont chères et ça c’est le plus important. Aujourd’hui, le format vidéo et le blog sont les deux formats qui me conviennent le mieux et j’espère réussir à conjuguer les deux avec le temps.

Suspiria (Dario Argento, 1977)

Quels sont les films qui vous ont donné envie d’ouvrir votre média ? Pourquoi ceux-ci et pas d'autres ?

Difficile à dire, tous les films que j’aime ?

Non, s’il fallait vraiment trouver une réponse je dirais tous les films dont l’esthétisme me passionne et dont j’avais envie de montrer les images pour appuyer mes analyses. Sur mon blog j’avais entamé une série d’articles sur les trois mères dont j’avais seulement publié le premier article, celui sur Suspiria de Dario Argento. Et il n’y avait pas plus grande frustration pour moi que d’écrire un article sur ce sommet du septième art, ce film d’une picturalité sans pareil sans pouvoir montrer toute la beauté des images, ses couleurs, ses architectures mais aussi et surtout les musiques de Goblin. Mais le premier film qui a fait l’objet d’une vidéo sur ma chaîne c’est Hurler de peur, un bijou bien trop méconnu de la Hammer. Là aussi je venais de finir mon article tout en me disant qu’un film comme Hurler de peur mériterait qu’on lui prête attention mais que mon article ne suffirait probablement pas à le mettre en avant. J’ai donc commencé à adapter cet article pour la première vidéo de ma chaîne tout en revenant sur la Hammer dans le but de rendre ce film trop méconnu le plus accessible possible à tous ceux qui ne l’auraient pas encore vu. Pourquoi ces deux films… Suspiria parce qu’il s’agit d’un classique qui a marqué ma cinéphile, ma sensibilité en tant qu’artiste (quand je dessine ou quand je peins) et surtout que j’avais la sensation qu’on avait trop mis de côté le fait que Suspiria est avant tout le premier opus d’une trilogie, qui met en avant trois sœurs sorcières et qu’elles sont elles-mêmes tirées d’un ouvrage découvert par l’ex-femme de Dario Argento, Daria Nicolodi, j’ai aussitôt eu envie de me plonger dans le plus de livres possible afin de faire un dossier sur les Mater d’Argento. Pour Hurler de peur, il s’agit d’un film que j’ai découvert un peu par hasard et qui est aujourd’hui mon film favori de La Hammer. A l’époque il n’avait eu qu’une édition assez rare en DVD et n’avait pas eu un énorme impact en France. Aujourd’hui il a été réédité chez ESC en Blu ray mais sa visibilité est encore moindre alors qu’il s’agit d’un des meilleurs thrillers hitchcockiens de son époque. Personne n’en parle en France, du moins en vidéo, il n’en fallait pas plus pour que j’aie envie de lui accorder mon temps.

Si vous aviez un mot à faire passer à celles et ceux qui souhaitent se lancer dans l’aventure YouTube, lequel serait-ce ?

Que si on a l’envie, la passion, une ligne éditoriale qui nous plaît, il faut se lancer tout en veillant à être conscient de ce qu’implique YouTube, comme le fait de s’exposer et d’exposer son travail. Il faut donc veiller à être prêt/prête à plonger dans le grand bain, c’est passionnant, enrichissant et c’est aussi l’occasion de rencontrer des personnes qui sont tout aussi passionnantes alors si vous avez bien en tête aussi le revers de la médaille qu’internet peut apporter, foncez !

85 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Instagram Icon
  • Grey Facebook Icon
  • Gris RSS Icon

© 2020 by Le Zola