• Clara

nos lyonnaises ont du talent - SaM (Vidéodrome)

L’Emile est allé dénicher pour vous des talents locaux ! YouTubeuses passionnées par le cinéma, nos trois invitées vidéastes ont pris le temps de répondre à quelques questions pour que nous puissions mieux appréhender leur univers. Politique, horreur, et septième art sont au rendez-vous de cette chronique haute en couleurs.



Pourriez-vous nous présenter votre chaîne en quelques mots ? Quel est son concept et que voulez-vous transmettre via celle-ci ?

La chaîne Vidéodrome souhaite parler de sciences sociales en s’appuyant sur le cinéma. Par exemple j’ai abordé les représentations de la maternité avec les films d’horreur, de la prostitution avec les westerns et bientôt je parlerai de lutte des classes avec les personnages d’employés de maison au cinéma. Ce qui m’intéresse ce sont les personnages et leurs relations entre eux, qui ils représentent, pourquoi véhiculent-t-ils telle idéologie ou encore quel est leur comportement. Et de mettre en parallèle ces représentations avec la réalité sociologique ou historique des choses.

Dans la forme, je cherche de plus en plus à animer mon fond pour donner un peu de profondeur et de matière aux images. Jouer avec des objets et mes mains me permet de faire énormément de choses même avec un petit budget. Je glisse de plus en plus des moments filmés en stop-motion. De plus le fait que ce soit minimaliste permet que ce soient les extraits de films ou les images sur lesquels les gens portent leur attention.

Pourquoi avoir choisi le format vidéo plutôt qu'un autre ? Comment vous sentez vous sur la plateforme YouTube et quelles bonnes (ou mauvaises) expériences en retirez-vous ?

La première vidéo de ma chaîne a été réalisée pour m’entraîner en montage. A cette époque, je passais des heures à apprendre dans mon coin et un jour ça m’a amusée de publier une vidéo sur un thème qui me plaisait mais je n’avais pas l’idée de continuer encore des années plus tard. D’ailleurs je n’ai pas cherché à gagner de la visibilité quand j’ai sorti mes premières vidéos, d’abord le montage n’était pas terrible et ensuite faire de la « communication » me mettait extrêmement mal à l’aise. Malheureusement on est un peu obligé de se plier à cet exercice si l’on souhaite que notre travail soit partagé.

Le format vidéo me plaît de plus en plus surtout depuis que je fais des animations avec les mains et le stop motion. J’aime beaucoup la partie montage car je peux illustrer mes propos avec toutes sortes de supports pas seulement des films mais aussi de la musique, des articles, de la peinture ou encore de la radio. Puisque je m’appuie sur le cinéma mais que mes sources sont très diverses, il y a finalement beaucoup d’extraits de livres par exemple, voire même des tableaux de statistiques et tout ce genre de choses qui nous semblent bien éloignées de l’audiovisuel.

La plateforme YouTube a beaucoup d’inconvénients, elle ne met en avant que les chaînes qui s’associent aux marques et nous envahit trop souvent de publicité. Au-delà de ses mauvais côtés, je n’ai jamais regretté d’avoir ouvert une chaîne, j’ai énormément appris durant ces dernières années et j’ai rencontré des gens admirables, des personnes avec qui j’échange et qui m’apportent beaucoup !

Quels sont les films qui vous ont donné envie d'ouvrir votre média ? Pourquoi ceux-ci et pas d'autre ?

J’aime beaucoup le cinéma d’Amérique Latine, j’ai parlé des documentaires chiliens ou encore de l’histoire des films d’horreur mexicains. Je trouve qu’il y a tout un univers à explorer qui reste encore trop peu connu en Europe. J’aime surtout les documentaires, et il est vrai que je n’en parle que trop peu sur ma chaîne pour le moment qui est plus axée cinéma de genre qui me passionne tout autant. Les documentaires permettent plus facilement de lier le cinéma avec les sciences sociales, mais par la fiction je peux retrouver des personnages récurrents à qui on cherche à s’identifier parfois et qui parlent à plus de monde. L’avantage de mes analyses, c’est qu’elles s’appuient sur de très nombreux films et qu’elles me permettent de creuser toutes les époques du cinéma et de brasser beaucoup de genres différents.

Si vous aviez un mot à faire passer à celles et ceux qui souhaitent se lancer dans l'aventure YouTube, lequel serait-ce ?

S’ils font quelque chose qui leur plaît, où ils ont envie d’y passer du temps et de trouver des gens qui s’intéressent à leur sujet c’est vraiment une belle expérience ! Même sans matériel (souvent hors de prix), j’ai commencé avec juste un ordinateur, sans caméra, certes ce n’est pas l’idéal mais ça m’a prouvé que l’on pouvait tout de même réaliser des vidéos sans forcément être bien équipé. Je n’ai pas spécialement de choses à dire car chacun va le vivre de façon différente. Je vais juste m’adresser aux femmes qui hésitent à tenter le truc et leur dire qu’elles seront accueillies les bras ouverts par les autres filles du réseau. Il existe une sororité extrêmement forte et rassurante (du moins chez les vidéastes cinéma), on se soutient toutes et on veut être encore plus nombreuses !

35 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Instagram Icon
  • Grey Facebook Icon
  • Gris RSS Icon

© 2020 by Le Zola